fbpx

Best-of 2017

Italie x Inde du sud x Allemagne x Pérou x Suède x France x Portugal x Espagne x Lettonie
Chateau de sable - Hampi, Inde by sineyes

Chateaux de sable

Je suis un gosse qui construit des châteaux de sable.

N’allez pas croire que c’est simple de bâtir un château de sable. Il faut s’en occuper tout le temps, du sable, car tout conspire à le détruire : le temps, le vent, les vagues ou la gentille mesquinerie d’autres petits enfants jaloux. Quelle qu’en soit la cause, du jour au lendemain, sans bruit et sans violence, ils finissent tous par tomber.


Perfect place to camp - Rainbow Mountain, Pérou
Quiet Lagoon - Venise, Italie by sineyes
A touche of pink - Berlin, Allemagne by sineyes
Los de la sierra - Rainbow Mountain, Pérou by sineyes

Inutile ?

Je les regarde, mes petits pâtés de sable écrasés et ridicules, serrant un poing rageur contre le temps, le vent, les vagues ou les autres petits enfants rieurs, et je me demande si j’aurai la force de construire un autre château encore une fois. C’est pas le sable qui manque pourtant. C’est l’envie. L’envie de bâtir des illusions sur un sol mouvant où rien ne pousse, où tout s’efface. Tout ce mal, vraiment, tout ce mal qu’on se donne à construire des châteaux de sable pour les voir s’effondrer, à quoi bon ces quelques moments de bonheur trop vite effacés par d’inoubliables chagrins ?

Eyes on Portugal - Sineyes

There is no tomorrow - Goa, India by sineyes
Snowing sea by Sineyes
Rêveries - Vaxholm, Suède by sineyes
Triple horizon - Barcelone
La falaise aux étoiles - Grinda, Suède by sineyes
Fièvre - Paris by sineyes

Encore.

Pour la joie, la joie enfantine de construire son bonheur de ses propres mains, de s’accrocher à des mirages, parce qu’il faut bien y croire, parce que renoncer à en construire, ce serait accepter de mourir. Et tant pis si rêver c’est se mentir un peu, je me garde bien de penser qu’ils sont tous destinés à s’écrouler, tant pis si je me mens pour me faire croire que l’éphémère est permanent, la mer pourra bien dévorer mille châteaux de sable que je continuerais à en bâtir de nouveaux, plus grands, plus beaux, des châteaux qui me dépassent, avec les ongles sales et le sourire aux lèvres, car vivre ne suffit pas, il faut se sentir vivant.