fbpx

Best-of 2016

Écosse x Japon x Argentine x Uruguay x Brésil x Danemark x Suède x Norvège x Angleterre x France x Islande x Hollande x Slovénie
Rise in love - Trolltunga, Norvège by sineyes

Merci.

1 an, 3 continents, 13 pays : bienvenue à tous dans ce best-of 2016 !
Une photo par pays, le choix a parfois été difficile… parfois pas ! Finalement, j’ai décidé de ne pas forcément montrer ici mes plus belles photos, mais celles qui ont le plus comptées pour moi.

Si je fais ça aujourd’hui, c’est surtout qu’une petite voix m’a fait comprendre qu’il n’y a rien de plus précieux que de savoir dire « merci » à ceux qu’on aime. Et tant pis si vous trouvez ça naïf ou ridicule, aujourd’hui j’ai le cœur plein de gratitude pour vous tous.

Voilà, je voulais vous dire merci. Merci du fond du cœur. Merci d’être passés dans ma vie, ou merci d’en faire encore partie. Vous m’avez tous façonné d’une façon ou d’une autre, et si je suis si heureux aujourd’hui, si je me sens entouré d’amour et de bienveillance, si ces voyages ont été aussi extraordinaires et si je m’en suis senti capable, c’est grâce à vous.


Ecosse

Merci à l’Ecosse ne m’avoir fait comprendre que les gens ne sont pas des pierres.

Lorsqu’on pousse une pierre du bout du pied et qu’elle s’écarte de notre chemin, on sait qu’on peut la retrouver exactement au même endroit le lendemain. Mais nous ne sommes pas des pierres. Nous sommes tous en perpétuel mouvement, attirés vers des ailleurs, destinés à évoluer sur de nouvelles routes.

Alors oui, l’amour, la bienveillance, l’attention, tout ça, ça se travaille. Tous les jours. C’est un combat de chaque instant. Battez vous contre-vous même pour ne jamais laisser vos amis sur le bord du chemin. Car quand vous reviendrez, ils ne seront plus là pour vous attendre.

Et plus loin la mer - Arthur's seat, Ecosse

Mépris - Gion, Kyoto by sineyes

Japon

Merci chère inconnue, de ce regard. Désolé de vous avoir volé cette photo. Après l’avoir prise, je me suis enfui le cœur battant, serrant contre mon cœur mon petit larcin…C’est que j’ai bien vu votre regard à travers l’objectif, nous nous sommes regardés l’un l’autre, j’ai appuyé sur le déclencheur, et soudain j’ai eu un peu honte de vous avoir volé votre portrait. Surprise, colère, tout se mélange dans votre regard, et c’est pourquoi je le trouve magnifique.

Il faut dire que dans votre pays, ces choses-là ne se font pas. Alors que moi, jeune français stupide, j’ai contribué à a manière à ce manque de respect que vous haïssez tant chez les occidentaux. Maintenant, je demande avant de prendre des photos.


Argentine

J’en ai vu des paysages différents dans cette magnifique Argentine!
Quel beau pays que voilà ! Des plaines, des déserts, des forêts tropicales, et des filles aux yeux bicolores… Alors pourquoi ce petit panneau perdu sur la route ?
Il n’y avait rien autour, rien depuis des jours, si ce n’est des montagnes rouges, des cactus et quelques chiens perdus. Mais c’est ici que j’ai compris quelque chose de très très important pour moi.

Je ne suis que moi. Pleinement moi. Je ne serai jamais vraiment meilleur que ce que je suis déjà. Je ferais toujours des trucs, je suivrais mon coeur, à ma façon, et j’irai toujours plus loin dans ce que je suis, dans l’exploration de tout ce que je suis. J’avance. Dans toutes les directions. En même temps. Je suis moi. Rien de plus, rien de moins. Je suis un être fantastique sur cette terre, comme vous l’êtes tous. Dans votre propre voie. Dans ce que vous voulez être. Dans ce à quoi vous croyez. Vous êtes parfaits. Chacun est parfait à sa façon.

un pneu perdu - Quebrada de Humahuaca, Argentine by sineyes

Des yeux plein d'amour - Colonia del Sacremento, Uruguay

Uruguay

Merci Alvaro, de cette longue discussion à Colonia del Sacremento. Ce que j’en ai retenu quelques mois plus tard ? Que la vie n’attend pas. Les voyants ne seront jamais tous au vert. Les étoiles ne seront jamais toutes alignées pour nous décider à nous bouger le cul. Ce n’est pas l’univers qui conspire contre nous, ce sont nos « je le ferai plus tard ». Le bon timing est une saloperie. Le bon timing, le bon moment, le bon endroit, c’est maintenant. Les mots «un jour » sont des ennemis que nous amènerons avec nous dans la tombe.


Brésil

J’ai vu la jungle, les toucans, et les plus belles cascades du monde. Mais c’est toi, petit bonhomme, qui a le plus compté pour moi. C’est toi, et puis les gens qui passaient et ne te regardaient pas.
L’idée ce n’est pas de culpabiliser, de se dire qu’on doit être heureux parce qu’on se prend la tête pour des conneries pendant qu’un petit garçon dort dans la rue. Non, l’idée c’est d’ouvrir les yeux. Ne pas détourner le regard. Jamais. Car au Brésil ou sous ma fenêtre, c’est la même chose : des gens vivent et meurent dans la rue.
Portons leur assistance, à tous ceux que le monde ne regarde plus. Si vous cherchez l’amour, si vous désirez la justice, il n’est pas nécessaire d’aller au bout du monde pour tendre la main. Plus que la faim, plus que le froid, c’est de l’indifférence que les gens crèvent dans la rue.

Merci petit bonhomme. Toi, tu dormais paisiblement mais tu m’as réveillé.

Indifference - Foz do iguaçu, Brésil

inner Peace - Copenhague, Danemark by sineyes

Danemark

Je voudrais simplement remercier les gens que j’ai rencontré à Copenhague. Commencer un périple de 1070km en pleine nature, il y a de quoi flipper. Merci tout le monde, de m’avoir donné cette poussée dont j’avais besoin. Merci d’avoir fait en sorte que ce voyage démarre de la plus belle des façons : dans les rires et le partage.
Où que vous soyez dans le monde, que vous soyez perdus ou solitaires, vous trouverez des gens fantastiques dans tous les endroits du monde. Et peut-être un peu plus à Copenhague.


Suède

Merci la Suède de m’avoir appris qu’il faut toujours essayer de monter sa tente qu’on vient d’acheter avant de partir en voyage. Merci au vent d’avoir fait s’envoler la petite notice d’assemblage, merci l’orage, merci la pluie de vous être joints à l’expérience pour me glacer les doigts.
J’ai passé une nuit difficile. Mais quand je me suis réveillé aux premières lueurs de l’aube, trempé, frigorifié, la tente écroulée sur moi, elle était là, devant moi, une cathédrale de lumière.
Et moi, tout juste sorti de mon cocon humide, je suis resté devant elle, en silence, à écouter le bruit des vagues. Merci Suède, car je sais maintenant que pour atteindre l’aube il faut traverser les heures les plus sombres de la nuit.

Swedish Taj Mahal - Varberg, Suède by sineyes

The wild king - Trolltunga, Norvège by sineyes

Norvège

Le Trolltunga, évidemment !
Faut dire que j’en ai bavé sévère pour prendre cette photo, moi le fumeur trop optimiste. Tu m’as fait monter, descendre, monter, descendre, hurler, monter, descendre, me promettre des pauses toutes les dix minutes, et parfois même tenté de rebrousser chemin. Mais voilà, aujourd’hui je regarde cette photo, et j’en suis fier.
Les rêves sont beaux. Ils sont tendres et sans déceptions. Mais ils ne deviendront jamais ma vie tant que je continuerais à les rêver. C’est dans le travail et l’effort que les choses se réalisent. Je suis allé au bout de moi-même pour avoir cette photo.
J’en suis fier parce que j’en ai bavé. Les efforts sont toujours récompensés.


Angleterre

Et bien voilà, moi j’aimais pas les anglais. Toujours là pour casser du pain dans leur dos quand l’occasion se présentait. Que voulez-vous ? Le souvenir amer d’une rencontre impromptue avec des hooligans anglais quand j’étais ado. Des blessures qui avaient laissées des traces sur mon bras et dans mon cœur.
Mais voilà, j’y suis retourné, et j’ai kiffé. Les anglais sont les gens les plus stylés du monde. Sans déconner. C’est le paradis de la street-photo. Ils sont de toutes les couleurs, de tous les styles, du mec déguisé en Chapelier fou aux breakdancers de rues.
Les anglais n’existent pas. Les pays n’existent pas. Il n’y a que des gens. Et si certains mauvais souvenirs sont marqués sur ma peau, il ne tient qu’à moi d’en créer des nouveaux.

A prophet - Londres by sineyes

Surrounded by water - Mont-Saint-Michel by sineyes

France

Merci à ce type qui m’a filé un sachet de weed qu’il avait trouvé par terre.
Merci aux flics qui m’ont ensuite pris en auto-stop.

Voilà, voilà. Je crois que ça résume assez bien la plupart de mes voyages. Car oui, la France est aussi un beau pays. La France est aussi un voyage. Un voyage de tous les jours. Et je refuse de cesser de m’en émerveiller juste parce que j’y habite.


islande

Merci l’Islande de m’avoir caché tes aurores boréales.
On les a attendues, on les a chassées, mais nous ne les avons pas vues. Qu’importe ? J’ai toute une vie pour les voir, ici ou ailleurs !

Je ne serai plus jamais déçu quand il pleut sur mon weekend, quand je rate un truc que tout le monde a vu, quand la photo à laquelle je rêvais depuis des semaines est toute pourrie, quand je fais 10km à pied dans le mauvais sens ou quand je rate quelqu’un que je voulais vraiment voir…
Voilà, voyager c’est mieux quand on ne s’attend à rien parce qu’il n’y a plus de risque d’être déçu. Je me balade, et je laisse l’endroit me surprendre. Place à l’aventure, places aux belles surprises !stent pas. Les pays n’existent pas. Il n’y a que des gens. Et si certains mauvais souvenirs sont marqués sur ma peau, il ne tient qu’à moi d’en créer des nouveaux.

is this heaven ? - Skogafoss, Islande by sineyes

Hostel - Amsterdam, Pays-bas by sineyes

Pays-bas

Merci Inès.
Pour ta bonne humeur, pour ton enthousiasme, pour tes sourires, pour ta confiance. J’ai l’impression de grandir un peu plus chaque jour avec toi.

Je vous souhaite à tous de trouver un jour une personne comme elle.


Slovénie

Cette grotte, elle était plongée dans les ténèbres jusqu’à ce qu’un mec la découvre un peu par hasard. Aujourd’hui, elle est illuminée et 30 millions de personnes l’ont déjà visitée.
Nous sommes un peu pareils que cette grotte, nous avons des trésors en nous qui ne demandent qu’à être découverts. Nous avons seulement besoin d’un peu de lumière. N’oubliez pas de partager l’amour, de le propager, d’illuminer les grottes qu’il y a en chacun de nous. L’amour est une onde qui se répercute entre les murs, et les échos touchent toujours plus de monde : le bonheur des uns fait le bonheur des autres…Alors n’ayez pas peur de dire aux autres combien vous les aimez !

Et si les messages les plus simples semblent les plus naïfs, c’est surement au fond parce qu’ils contiennent une part de vérité, cette part de lumière que nous recherchons tous.

Polaire - Postojna cave, Slovénie by sineyes