fbpx

Istanboom

Turquie, juin 2018
L'ile aux princes - Istanbul, mai 2018

Istanboom, bum, bum.

Tu pulses, tu vibres, tu nous exploses à la gueule, à chaque pas, à chaque bouchée, t’es le tonnerre, la gentillesse, les tasses de thé, la vie qui bouge sans s’arrêter.

Istanboom, bum, bum, y’a rien, rien, rien de plus beau que toi. J’ai laissé trainer ce film comme si j’arrivais pas à te quitter, comme si j’étais encore là, dans tes rues, dans tes bras. Mais t’en fais pas, non t’en fais pas, tu sais ce que je t’ai promis cette soirée-là.

Je rêverais toujours d’ailleurs, mais s’il ne doit en rester qu’une, ce sera toi.


Tapis - Instanbul, Turquie
La russe et les roses - Istanbul, Turquie

Heart

J’étais là, je fumais une clope en regardant les nuages. J’étais le seul à être tout seul. Parce que pendant le ramadan, les familles viennent rompre le jeun dans le grand parc aux pieds de la mosquée bleue et chaque mètre de gazon est occupé par des tapis, avec des gens heureux dessus. La famille sur ma gauche m’a offert de quoi diner. Comme ça, en tendant la main. L’autre famille sur ma droite m’a offert le thé pour le dessert. Aucun d’eux ne parlait un mot d’anglais. On parlait avec nos yeux, avec nos sourires. Ce soir-là, je me suis rappelé que j’avais un cœur, mais que j’avais oublié comment m’en servir.

La porte de l'Orient - Istanbul, Turquie by sineyes

Un like, une prière - Istanbul, mai 2018
Taksim - Istanbul, mai 2018
Gnah - Istanbul, mai 2018
Solarium - Istanbul, mai 2018
Istanboom - Istanbul, Turquie by sineyes

Transitions

Ici, j’ai pris une grande décision dont je vous parlerai à mes 30 ans.
C’est un sursaut. Je vois que j’ai changé, et que j’ai perdu des idéaux en route.
J’ai vu ce que je pourrais devenir en continuant à l’accepter. C’est non.

C’est une révolte monsieur ? Non mademoiselle, c’est une révolution.
Ni roi ni valet, je veux vivre libre. Je veux m’émerveiller chaque jour d’être en vie, quoi que je fasse, où que je sois. Travailler ce qu’il faut pour ne manquer de rien, et surtout travailler à comprendre qu’il ne me manque rien. À 20 ans, je voulais sauver le monde. À 25, j’essayais de me sauver moi-même.
À bientôt 30, j’ai trouvé comment faire.


Le baladeur

Un groupe du coin que j'ai découvert là-bas