fbpx

Mektoub

Maroc, avril 2018
Premiers pas dans la médina - Chefchaouen, Maroc, avril 2018

Bleu.

Bleu. Bleu comme la mer, bleu comme le ciel, bleu comme tes rues.
Juste bleu. Bleu partout. Blablabla.

J’aime ce bleu. Il décuple la vie. Il rend beau tout ce qui s’y passe.
Leurs vies, la mienne.

Bleu. Bleu comme la mer, bleu comme le ciel, bleu comme tes yeux.
J’avais des bleus. Des bleus partout. Blablabla.


Blue Maze - Chefchaouen, Maroc, avril 2018
Slim House - Chefchaouen, Maroc, avril 2018
Wait, just let me fix my hair - Chefchaouen, Maroc, avril 2018
Chefchaouen street gang - Chefchaouen, Maroc, avril 2018
Till it's too late - Chefchaouen, Maroc, avril 2018

Une petite orange

Sur le chemin de Chefchaouen, on a croisé ce mec.
Il m’a fait un grand sourire et m’a offert la moitié de son orange.
Remballez vos paysages magnifiques, vos beurettes de luxe et vos hôtels 5 étoiles, je ne garde que cette orange. Parce qu’elle a le gout des choses simples, le goût du bonheur.

Orange - Chefchaouen, Maroc, avril 2018

Mille et une nuits - Chefchaouen, Maroc, avril 2018
3 voiles - Chefchaouen, Maroc by sineyes
Une ombre passe - Chefchaouen, Maroc, avril 2018
Le Shah - Chefchaouen, Maroc, avril 2018

Tanger

Alors qu’on se baladait dans les rues étroites de Tanger, je me demandais : « y’a-t-il encore quelque chose à explorer ? Y’a-t-il encore des endroits au monde où nul n’a jamais posé ses yeux ? »
Mon cœur me répondit : « Bien sûr, il restera toujours les confins de ton âme, les replis de ton être, que nul ne pourra jamais découvrir si ce n’est toi. Parfois, on se retrouve au milieu de nulle part, mais souvent, c’est au milieu de nulle part qu’on se trouve soi-même. »

Petit Socco - Tanger, Maroc by sineyes

opium - Chefchaouen
Hassan - Tanger, Maroc by sineyes
Thé à la menthe - Chefchaouen, Maroc, avril 2018

Mektoub

J’aurais pu être une femme voilée de l’autre coté de la Méditerranée.  J’aurais pu être un de ces vieux qui a connu les horreurs de la guerre et qui tente de sourire. J’aurais pu être un informaticien blasé qui ne croit en rien surtout pas en lui. J’aurais pu. Mais voilà, je suis moi. Juste moi, seulement moi, mais moi entièrement. Mektoub.

J’ai une flamme en moi qui ne cesse de m’émerveiller, de m’emmener à la rencontre de soleils nouveaux, là où les vagues s’agrippent à la terre ferme, là où le vent souffle d’autres mélodies, là où ses yeux clairs m’attendent sans le savoir. Et je remercie le ciel pour ce que j’ai perdu et qui me manque parfois, pour tout ce que j’ai vécu et tout ce qu’il me reste à vivre, pour tous les futurs qui s’offrent à moi et tous les passés que j’ai déjà traversé. Mektoub.

Soyez heureux, mes amis. De vos failles, de vos folies, de ce que vous êtes, sans jamais vous préoccuper de ce que vous auriez pu devenir.  Aimez-vous sans oublier d’aimer les autres. Aimez sans frontières, aimez sans ego, aimez sans retour. L’amour, l’amour. Quelle chance nous avons de pouvoir y croire. Quelle chance nous avons de pouvoir le vivre, encore et encore. Quelle chance nous avons et quelles chances nous aurons encore ! Et si d’aventure le bonheur vient frapper à votre porte, accueillez-le paisiblement avec une bonne tasse de thé à la menthe. Il viendra. À l’improviste, comme un vieil ami. Qui sait ? Aujourd’hui peut-être. Ou bien demain, mais il viendra. Mektoub.


Publications

Le baladeur

Un groupe du coin que j'ai découvert là-bas